Conférences climatiques à Bonn

Du jeudi 2 au vendredi 10 novembre 2017, je suis allé à Bonn, Allemagne, avec 4 autres membres de l’association Générations Climat. Nous étions aussi entourés de québécois, allemand et marocains, soutenus financièrement par l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) et l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ).
Grâce à l’OFQJ, nous avons obtenu des accréditations pour la COY (Conference of Youth), sommet jeune et international sur le climat, et la COP (Conference of Parties), c’est-à-dire la réunion des Etats signataires (165 en tout) de la Convention cadre des Nations Unies sur le climat (de 1992). Ces rendez-vous annuels sont l’occasion pour nous de porter les recommandations et les solutions de la jeunesse relatives à la lutte contre le changement climatique.

L’occasion m’a été donné de présenter la nouvelle association Générations Climat (née de l’initiative Jeunesse pour l’Eau et le Climat). La session était organisée par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et l’Institut de Recherche pour le développement (IRD). Je les remercie pour cette opportunité qui est une première pour moi !

Comme au Sommet Climate Chance d’Agadir, j’ai alimenté les comptes Twitter et Facebook de l’association. En bref, de la prise de photos, de la rédaction de publications, en français et anglais.



L’ensemble de nos interventions sont à retrouver sur la page Facebook et sur Twitter.

Pour la réalisation des vidéos : un téléphone portable (OnePlus 3T), un micro cravate filaire, et le tour est joué !


Les journées sont chargées. Heureusement, nous avions réservé une journée pour visiter la ville de Bonn et ses alentours. Avec d’abord une promenade dans le parc naturel des Siebengebirge (les 7 montages, en français), composé de vastes forêts et d’un panorama sur la vallée du Rhin. Selon la légende des Nibelungen, c’est sur le Drachenfels (rocher du dragon), que le dragon Siegfried aurait été tué.

Bonn c’est aussi la ville où Ludwig van Beethoven est né, la façade de sa maison natale est visible ci-dessous. Enfin, vous retrouverez quelques photos de l’hôtel de ville avec devant un mémorial pour les autodafés de 1933, les bûchers allumés pour brûler les livres non autorisés par le régime nazi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *